Actualités

Vers des ponctions sur salaire de 30% à 50%

Par Liberté | le Jeudi 07 Mai 2020

Vers des ponctions sur salaire de 30% à 50%

La direction générale d’Air Algérie engage avec les partenaires sociaux la réflexion autour d’un plan de restructuration et de rationalisation des dépenses.

La direction générale d’Air Algérie réunit aujourd’hui ses partenaires sociaux pour discuter des mesures à prendre concernant la situation qui prévaut au sein de l’entreprise en cette période de crise de Covid-19. Prennent part à cette rencontre, le Syndicat des pilotes de ligne (SPLA), le Syndicat des techniciens et ingénieurs de la maintenance (SNTMA) et l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA). Le Syndicat national du personnel naviguant et commercial (SNPNCA) en revanche, n’y a pas été convié.

Le motif évoqué est lié au fait que la DG est en justice avec 7 des responsables de cette organisation syndicale alors que 81 autres syndicalistes passent actuellement en conseil de discipline suite au mouvement de grève qu’ils ont déclenché il y a quelques mois. La compagnie aérienne nationale a, donc invité certains de ses partenaires sociaux à participer à la réflexion engagée sur le plan de restructuration de l’entreprise touchée de plein fouet par la suspension du trafic aérien depuis plus d’un mois en raison de la crise sanitaire causée par la pandémie de coronavirus.

Ils aborderont ainsi les onze points que la DG a proposés pour une discussion dans une récente note envoyée à ces syndicats il y a une semaine. Il est question, est-il mentionné dans cette instruction, de réflexion autour de ce plan de restructuration et de rationalisation des dépenses. “Il est utile de vous rappeler que lors de la réunion interministérielle relative au dossier de renouvellement de la flotte, le financement a été conditionné par la restructuration de l’entreprise et la rationalisation des dépenses”, lit-on dans la correspondance.

L’avènement du Covid-19 a démontré la vulnérabilité du transport aérien dont l’impact et les conséquences demeureront au moins pour les deux années à venir, explique la division des affaires générales (DAG) signataire de ce document. “Ce qui rend encore plus urgent de s’atteler aux réformes structurelles nécessaires pour la pérennité de notre entreprise”, constate la DAG. Cette pérennité à laquelle aspire la DG d’Air Algérie peut être concrétisée en mettant en œuvre, estime-t-elle, les décisions qui seront prises d’un commun accord une fois les onze points inscrits à l’ordre du jour débattus lors de cette réunion.

La DG propose ainsi la mise à jour du règlement intérieur et celle de la convention collective, certes, mais elle suggère aussi à ses partenaires sociaux un débat sur les salaires durant la crise sanitaire de Covid-19. L’on croit savoir qu’une ponction sur les revenus du personnel est sérieusement envisagée. Les bas salaires seraient vraisemblablement réduits de 30% tandis que les paies des autres employés le seraient de 50%.

La solution trouvée est que ces retenues seront considérées comme des crédits accordés à l’entreprise qu’elle remboursera dès que sa situation financière s’améliorera. Il se pourrait aussi que ces prélèvements soient affectés à la compagnie sous forme de dons de la part des travailleurs en guise de leur contribution en cette période de crise. Contacté pour avoir son avis à propos de cette note, Farid Boucetta, président du SNPNCA, estime que les onze points suggérés à la réflexion ne pourront être réalisés du jour au lendemain. “Pour chaque point, il faut installer une commission, enclencher des enquêtes, arriver à des accords…

Ce qui nécessite au moins une année pour que sa mise en œuvre soit effective”, relève le président du SNPNCA. Ce syndicaliste met l’accent sur le huitième point à savoir la hiérarchisation des métiers et des salaires (Benchmarking) pour lequel l’entreprise a d’ores et déjà réalisé trois études chèrement payées. Les bureaux d’études étrangers qui ont finalisé ces études, sont arrivés à une conclusion : “Il est impossible de faire du Benchmarking avec 55 avions et…10 000 travailleurs ! Avec environ 45 agences à l’intérieur du pays et 38 autres à l’étranger au moment où les clients achètent leurs billets par internet”, regrette M. Boucetta. En ce qui concerne le septième point relatif à la restructuration des unités à l’étranger, la DG compte dans ce cadre réduire le personnel des agences implantées outre-mer.

“Il s’agit en réalité de rappeler les employés qui sont envoyés (en guise de promotion) à partir d’Algérie. Ceux qui sont recrutés localement, là-bas, cependant, ne seront aucunement touchés car, ils sont couverts par la loi de leur pays de résidence”, remarque Farid Boucetta.

 

B. K.

Source originale de l’article