Actualités

Sonelgaz : 2.400 milliards de DA d’investissement à l’horizon 2028

Par El Moudjahid | le Mardi 08 Janvier 2019

Sonelgaz : 2.400 milliards de DA d’investissement à l’horizon 2028

Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, déplore le manque de guide industriel, alors que le pays mise beaucoup sur l’intégration industrielle nationale à l’effet de substituer la production locale à l’importation et regrette à ce que des pièces soient importées alors qu’elles sont produites localement, ce qui, à ses yeux, est «anormal».

S’exprimant, hier, à l’occasion de la cérémonie de la cérémonie de signature d’une convention-cadre entre Sonelgaz et le groupe public mécanique AGM, M. Mustapha Guitouni estime nécessaire l’élaboration d’un guide «détaillé» et mis à jour «régulièrement» sur tout ce qui se réalise en Algérie dans le domaine industriel et devant servir de «pièce maîtresse» pour réussir la politique nationale visant la promotion de la production nationale. «Ce guide devra être vulgarisé et mis au service des acteurs économiques locaux. Il est vital d’atteindre d’ici cinq ans, un taux d’intégration de 80% alors qu’il se situe aujourd’hui contre 50% et 60%», a-t-il ajouté en affirmant que cette convention signée entre la Sonelgaz et AGM contribuera à la promotion de la production nationale, encourager les PME et les PMI algériennes et réduire la facture des importations. «A titre d’exemple, une centrale électrique est composée de pas moins de 15.000 pièces. Vous imaginez les marchés qui peuvent s’offrir à nos industriels», a relevé le ministre de l’Energie.

Comme pour répondre à Guitouni, le Secrétaire général du ministère de l’Industrie et des Mines, qui a assisté à la cérémonie de signature a assuré qu’un guide de l’industrie nationale devra voir le jour avant la fin du premier trimestre de 2019. «Il est important de généraliser cette opération à d’autres secteurs économiques, d’autant que le pays vise à substituer la production locale à l’importation », a commenté Kheireddine Medjoubi à propos de la dite convention.

Pour sa part le Président directeur général de Sonelgaz a révélé que son groupe compte poursuivre sa politique d’investissement engagée depuis des années déjà et prévoit d’investir à l’horizon 2028 un montant de plus de 2.400 milliards de DA dont 380 milliards de DA au titre de l’exercice 2019, en vue de réaliser tous les projets d’investissements.
«La Banque nationale d’Algérie nous a accordé plusieurs crédits à long terme accompagnés d’avantages, et ce, à l’effet de permettre à Sonelgaz de poursuivre ses investissements à l’horizon 2020», a souligné M. Mohamed Arkab qui précisera que tous les projets lancés se réalisent sans aucune difficulté.
Il rappellera dans le même ordre d’idée que les investissements de ce groupe avaient atteint en 2017, quelque 311,5 milliards de DA contre 26,96 milliards de DA en 2000. Pour ce qui est des crédits long terme octroyés par la BNA, ils couvrent le financement de plusieurs projets dont celui de la production de 8.000 mégawatts d’énergie électrique à travers la construction de huit centrales électriques, celle de plus de 10 000 km de réseaux électriques de haute et très haute tension, ainsi qu’un nombre important de postes de transformation d’électricité, des gazoducs et des ouvrages d’extension et de renforcement des réseaux électriques et gaziers de la distribution. S’agissant des entreprises sous-traitant avec le groupe, le PDG de Sonelgaz s’est montré rassurant en affirmant que le Trésor public vient de mobiliser la totalité des fonds pour payer ces entreprises ayant réalisé les projets portés sur le programme de l’Etat. Evoquant la convention signée avec le groupe public mécanique AGM, Mohamed Arkab estime que celle-ci va appuyer le groupe dans sa stratégie visant la promotion de l’intégration nationale dans les domaines de la recherche, de l’engineering et de la maintenance des ouvrages industriels tandis que pour le PDG du groupe AGM, l’accord en question, qualifié, du reste, «d’important », devra donner la possibilité aux 29 filiales du groupe Sonelgaz de fournir leurs services au profit des entreprises nationales.

Conclue entre les filiales de Sonelgaz et les EPE du groupe AGM, cette convention sera mise en œuvre à travers des contrats d’application, de contrats programmes ou de contrats à commandes. Pour le groupe AGM, ce sont ainsi 29 EPE (activant dans divers domaines industriels) qui seront chargées de réaliser au profit des filiales de Sonelgaz des marchés d’équipements, pièces de rechange et des services associés.

La substitution à terme à l’importation par la promotion de la production nationale et la satisfaction des besoins des sociétés du groupe Sonelgaz, en priorité par la production nationale dans le domaine des équipements, pièces de rechange et services, tels sont les objectifs de cette convention-cadre. A ces objectifs s’ajoutent la souscription par les EPE du groupe AGM, auprès des filiales de Sonelgaz, toute commande pouvant répondre à leur besoin, la création de la valeur ajoutée localement ainsi que la sauvegarde de l’emploi, et/ou la création de nouveaux postes d’emploi. Cette convention est régie par la législation et la réglementation algérienne en vigueur.

Toutefois, en cas de leur résiliation ou de leur expiration, les contrats en cours d’exécution demeureront applicables jusqu’à l’achèvement complet des prestations, selon la directrice de la promotion de l’intégration nationale auprès du groupe Sonelgaz. Le suivi et l’évaluation de sa mise en œuvre seront assurés par un comité paritaire, constitué de représentants des deux parties. La convention est conclue pour une durée de cinq ans et peut être renouvelée après accord des parties.
Salima Ettouahria

Source originale de l’article