Actualités

Salon international de la pharmacie et de la parapharmacie : À l’ère du générique et du biosimilaire

Par El Moudjahid | le Samedi 02 Février 2019

Salon international de la pharmacie et de la parapharmacie : À l’ère du générique et du biosimilaire

La 13e édition du Salon international de la pharmacie et de la parapharmacie en Algérie (SIPHAL-2019), sur le thème «La pharmacie à l’ère du générique et du biosimilaire», a pris fin, hier soir au palais des Expositions Safex, à Alger.
Dans une déclaration à El Moudjahid, le Dr Yacine Louber, directeur du Salon, a exprimé sa pleine satisfaction quant aux résultats encourageants enregistrés durant les quatre jours de cette manifestation.
Il a indiqué que cet événement, qui a réuni plus de 110 exposants, dont 90% des producteurs locaux, a enregistré plus de 6.500 visiteurs, venant de différentes régions du pays.
«Ce chiffre confirme, encore une fois, l’importance qu’accordent les Algériens au secteur de la santé», a-t-il estimé.
Et d’ajouter : «Lors de différentes rencontres débats organisées en marge de ce Salon, les professionnels ont exprimé à l’unanimité que ces quinze dernières années, le secteur de l’industrie pharmaceutique a connu un développement remarquable.»

Appuyant ses dires, M. Louber cite l’industrie du générique, qui a permis, a-t-il précisé, «l’essor d’une industrie pharmaceutique de création de plusieurs emplois et la couverture de 50% des besoins du marché local».

Optimiste, notre interlocuteur a estimé qu’«à travers le niveau des conférences et les contacts professionnels entre les exposants, je pense que notre industrie pharmaceutique a un avenir radieux».
Et de poursuivre : «Cet événement relève le défi à nouveau de s’inscrire à l’avant-garde des préoccupations du secteur, en proposant un thème sur la biotechnologie, les biosimilaires et une rétrospective sur 20 ans d’une politique publique du tout générique.»

Répondre aux besoins en matière de médicaments anticancéreux

De son côté, Allel Amry, responsable d’Orion Lab, a indiqué que cette première participation au SIPHAL a constitué une opportunité idoine pour prendre connaissance de nouvelles technologies et de présenter notre labos.

«Orion Lab est le premier laboratoire pharmaceutique algérien spécialisé dans la production de médicaments anticancéreux, et sera opérationnel officiellement au mois de juillet prochain», dit-il. En réponse à une question de savoir si cette usine va répondre aux besoins du marché, il a souligné que «les capacités de production vont répondre à 100% aux besoins du marché national pour plusieurs types de cancer, et cela après quatre mois de production», avant d’afficher son ambition d’exporter davantage leur produit à l’international dès 2021 et de réaliser du contractmanufacturing pour des laboratoires «CMO». Mettant à profit cette occasion, il a indiqué que les pouvoirs publics ont mis en place tous les moyens nécessaires pour encourager les producteurs nationaux de s’orienter vers le domaine de l’export.
«À travers les nombreux investissements, l’Algérie va certainement avoir son autonomie dans les produits pharmaceutiques d’ici quelques années», a-t-il dit. S’agissant du transfert du savoir-faire, il a indiqué qu’il se fera au fur et à mesure, à travers la formation de nos cadres et du personnel.

À une question relative aux contraintes rencontrées par les investisseurs, M. Amry a écarté entièrement l’existence d’obstacles.
Orion Lab sera le premier laboratoire en Algérie à produire des médicaments cytotoxiques de manière totalement confinée et dans le respect des règles de protection de l’environnement et des opérateurs, assurer la disponibilité́ des traitements des principaux cancers en Algérie et faciliter ainsi l’accès aux soins des patients.
Makhlouf Ait Ziane

Source originale de l’article