Actualités

Recettes d’exportation de l’Afrique en 2020:Perte prévisionnelle de 101 milliards de dollars

Par El Moudjahid | le Samedi 21 Mars 2020

Recettes d’exportation de l’Afrique en 2020:Perte prévisionnelle de 101 milliards de dollars

L’impact de la pandémie du coronavirus qui a fragilisé la résilience de l’économie mondiale, n’a pas épargné le continent africain. Ses effets désastreux risquent de compromettre sérieusement la croissance « déjà stagnante de l’Afrique avec les pays exportateurs de pétrole perdant jusqu’à 65 milliards de dollars de revenus alors que les prix du pétrole brut continuent de chuter ». Bien que quelques cas de coronavirus aient été signalés dans une quinzaine de pays, bien loin de l’ampleur de la pandémie qui frappe l’Europe, il est certain que les conséquences de la crise seront dures pour économies africaines.

L’Afrique risque ainsi de perdre la moitié de son PIB dont la croissance pourrait passer de 3,2% à environ 2% du fait de la perturbation des chaînes d’approvisionnement mondiales, sachant que, l’interconnexion du continent aux économies affectées de l’Union européenne, la Chine et les États-Unis induit des répercussions sur les économies africaines, a mis en garde la Commission économique pour l’Afrique (CEA), par la voix de sa secrétaire exécutive. La propagation de la pandémie fait que, le continent aura également besoin de quelques 10,6 milliards de dollars en terme de dépenses supplémentaires de santé pour contrer l’expansion du virus, alors que, d’autre part, « les pertes de revenus sont susceptibles de conduire à une dette insoutenable », prévient la CEA. Cette dernière estime par ailleurs que, le COVID-19 « peut entraîner une baisse des recettes d’exportation de l’Afrique de 101 milliards de dollars en 2020 ».

La CEA avertit, qu’ « en outre, il se peut qu’une baisse des prix des produits de base entraîne des pressions budgétaires pour les puissances économiques africaines telles que l’Afrique du Sud, le Nigéria, l’Algérie, l’Égypte et l’Angola ». L’instance économique onusienne pour l’Afrique, estime dans sa présentation sur les effets économiques du COVID-19 sur l’Afrique, recommande que les « gouvernements africains revoient et révisent leurs budgets pour redéfinir les priorités de dépenses afin d’atténuer les impacts négatifs attendus du COVID-19 sur leurs économies ». Le groupe de réflexion exhorte, d’autre part, les gouvernements à accorder des incitations et facilités aux importateurs de produits alimentaires pour qu’ils finalisent rapidement « leurs achats afin de garantir des réserves alimentaires suffisantes pour les principaux produits alimentaires de base ». Dans le même contexte, des responsables de la CEA suggèrent que « Le marché intra-africain peut aider à atténuer certains des effets négatifs du COVID-19 en limitant la dépendance à l’égard de partenaires extérieurs, en particulier dans les produits pharmaceutiques et les aliments de base ». Aussi, la diversification des économies africaines, hormis celles articulées sur les combustibles est vitale au-delà du COVID -19 ».

D. Akila

Source originale de l’article