Actualités

Rapport sur l’Algérie : l’agence APS s’en prend à la Banque mondiale

Par TSA | le Mardi 28 Décembre 2021

Rapport sur l’Algérie : l’agence APS s’en prend à la Banque mondiale

Dans son dernier rapport de suivi de la situation économique de l’Algérie, la Banque mondiale a fait de sombres prévisions à terme pour les principaux indicateurs économiques du pays, à cause de la « lenteur » de la mise en œuvre des réformes.

Elle a surtout livré des chiffres sur la pauvreté non monétaire en Algérie et avancé un montant des importations (50 milliards de dollars pour 2021) totalement disproportionné par rapport aux annonces officielles sur la question.

Dans un commentaire consacré au rapport, l’agence officielle APS accuse la BM de sortir « de son cadre d’institution financière internationale pour se transformer en un outil de manipulation et de propagande », et de distiller « des informations tendancieuses et sournoises sur la situation économique en Algérie ».

« La Banque mondiale (…) s’en est pris de manière maladroite et gratuite à l’Algérie où elle prédit un ‘séisme économique’, compte tenu, croit-elle savoir, de la ‘vulnérabilité’ du pays en termes d’exportations », écrit l’APS.

Concernant « la pauvreté en Algérie », à laquelle le rapport a consacré tout un chapitre, l’agence algérienne accuse la BM de passer « sous silence la situation de précarité alarmante voire dangereuse et suicidaire sévissant dans un pays voisin de l’ouest de l’Algérie », c’est-à-dire le Maroc.

« Cette institution perd tout ce qu’il lui reste de crédibilité », assène l’APS, du fait qu’ « elle pond des rapports fallacieux qui obéissent à un agenda au service des lobbies qui n’ont jamais cessé d’instrumentaliser des campagnes hostiles à l’Algérie ».

« Complot visant à nuire à la stabilité du pays »

L’auteur du commentaire estime qu’il y a manifestement « un complot visant à nuire à la stabilité du pays » à travers ce genre de rapports « négatifs et nuisibles, fondés sur des indicateurs et des arguments non sourcés, publiés par des influenceurs et des anonymes sur les réseaux sociaux, sachant que ces derniers sont financés et parrainés par des parties n’hésitant pas à déverser toute leur haine sur l’Algérie, l’objectif étant de fausser l’opinion publique » et de « ternir l’image de l’Algérie et de semer le doute parmi les Algériens », après les images d’union et de communion qui ont suivi la victoire de l’Algérie en coupe arabe.

L’APS relève en outre un contraste entre « les pratiques insidieuses » de la Banque mondiale, et le dernier rapport du Fonds monétaire international (FMI) « qui a relevé des progrès et des avancées dans l’économie du pays ».

Autre reproche fait au rapport de la BM, le fait d’omettre d’évoquer « les défis relevés par l’Algérie », dont sa réussite à dégager un excédent d’un milliard de dollar dans sa balance commerciale et le fait qu’elle « reste le seul pays sur tout le continent qui n’a aucune dette » extérieure.

Quant au chiffre de 50 milliards de dollars d’importations, l’APS rétorque que l’Algérie « n’arrivera jamais et en aucun cas » à ce volume.

Source originale de l’article