Actualités

Production agricole: Hausse sensible durant la campagne 2017-2018

Par DZ Entreprise | le Jeudi 30 Janvier 2020

Production agricole: Hausse sensible durant la campagne 2017-2018

Plusieurs filières ont enregistré des hausses sensibles de production agricole durant la campagne agricole 2017-2018.

Selon l’Office national des statistiques (ONS), il s’agit des céréales, des cultures industrielles, des maraîchères, des fourrages, des agrumes, des dattes, des viandes blanches et du miel.

En revanche, des baisses ont caractérisé les produits de certaines autres filières agricoles, comme les olives, les figues, les viandes rouges, les cultures fruitières à l’exception des abricots, le lait et la laine.

«La campagne agricole 2017-2018 a été marquée par une importante production évaluée à 60,57 millions de quintaux de céréales contre 34,7 millions de quintaux enregistrés durant la campagne agricole 2016/2017, soit une hausse de 75%», a indiqué l’ONS.

Cette hausse de la production céréalière d’hiver incombe la production de blé dur qui a atteint 31,8 millions de quintaux, soit une hausse de 60 %.

Aussi, elle est due à la production de l’orge qui passe de 9,7 millions de quintaux à 19,6 millions de quintaux, en hausse de 102%.

Quant au blé tendre, l’ONS fait état d’une production atteignant 8 millions de quintaux contre 4,4 lors de la campagne agricole antérieure, soit une augmentation de 80%.

S’agissant de la production de l’avoine, elle a atteint 1,18 millions de quintaux, soit une augmentation de 84%.

Pour les céréales d’été, leur production est passée de 76 060 quintaux à 91 340 quintaux, soit une croissance de 20%.

Par ailleurs, la production des cultures agricoles industrielles a affiché une croissance de 26% par rapport à la campagne précédente.

Ainsi, la production de la tomate s’est élevée à 15 406 655 quintaux pour la campagne agricole 2017/2018, soit une hausse de 27%. De même pour l’arachide et le tabac, leurs productions ont affiché des hausses respectives de 17% et 4%.

Concernant la production légumineuse (toutes espèces confondues), elle a été évaluée à 1 376 378 quintaux soit un taux de croissance de 28%.

Selon l’ONS, toutes les espèces ont vu leur production en hausse, comme les haricots secs (90%), les lentilles (55%), les pois chiches (30%), les fèves-féveroles (17%) et pois secs (16%).

S’agissant des cultures maraîchères, la production a augmenté à 136,57 millions de quintaux soit une hausse de 5%. Par espèce, cette augmentation indique des taux de croissances positif oscillants entre 1% et 64%.

Les meilleures croissances concernent principalement l’ail (64%), les petits pois (42%), les courgettes (26%), les choux fleurs (19%), les choux verts (17%) et les aubergines (17%).

Pour ce qui est de la production fourragère, elle a atteint un total de près de 48,8 millions de quintaux, en hausse de 20%. Les fourrages artificiels, qui s’accaparent la plus grande part des productions (83%), ont atteint plus de 40 millions de quintaux en 2018, soit une hausse de 15%.

Pour les agrumes, leur production globale a connu aussi une tendance haussière. Ils totalisent près de 14,8 millions de quintaux durant la compagne agricole 2017/2018, en hausse de 10%.

La hausse la plus importante concerne les oranges qui a atteint près 11,3 millions de quintaux, suivi de celle de la clémentine de 2,17 millions de quintaux et le citron avec près de 790 000 quintaux.

Pour la production des dattes, elle a été estimée à 10,9 millions de quintaux, soit un taux de croissance positif de 3%. Près de 54% de la production provient des fameuses dattes algériennes Deglet Nour, suivi de celle des dattes sèches (28 %) et le reste, soit 18% de dattes molles.

La production d’olives a atteint 8,6 millions de quintaux contre 6,80 millions de quintaux en 2016/2017, en hausse de 26%, soit un gain en volume de 1 763 239 quintaux d’olives.

Quant au miel, sa production a été estimée en 2018 à près de 7 324 tonnes, contre 6 123 tonnes en 2017, soit une croissance de 19,6%.

Recul perceptible des cultures fruitières

Selon l’ONS, la production des cultures fruitières a été évaluée à 14,8 millions de quintaux, marquant une baisse de 2%.

Cette baisse est principalement attribuée à la régression des trois premières espèces qui constituent près de 60% de la production globale à savoir les pommes (33%), les poires (13,5%) et les pêches (12,9%).

En revanche, la production d’abricots qui constitue plus de 16% de la production globale a relevé un taux de croissance positif de 2%. Cependant, la production des figues a diminué de 15%, soit une perte de 194 705 quintaux.

Par ailleurs, l’ONS note que l’effectif global du cheptel (toutes races confondues), s’est établi en 2018 à 36 013 296 de têtes, avec prédominance de la race ovine soit près de 80%.

Comparativement à 2017, l’effectif global n’a enregistré que 173 528 têtes de plus, soit l’équivalent de 0,5% seulement.

Pour les viandes blanches, la production s’est établie à près de 540 369 tonnes, soit une augmentation de 2%.

En matière de production de lait, les réalisations cumulées de l’exercice 2018 font état de 4,21 milliards de litres de lait, dont 933 496 millions de litres collectés.

Ainsi, la production du lait a marqué des régressions de 6,9% et de 4,4% respectivement pour la production et la collecte.

Du reste, la production d’œufs de consommation a été marquée par un recul de 4,4%. En effet, elle est passée de 6,57 milliards d’unités en 2017 à 6,28 milliards d’unités en 2018.

Enfin, la production de la laine, elle s’est établie à 37 048 tonnes en 2018, contre 38 238 tonnes en 2017, soit un repli de 3,1%.

Source originale de l’article