Actualités

Pétrole : l’Arabie saoudite et la Russie à la recherche d’un compromis sur la production

Par TSA | le Mardi 02 Juin 2020

Pétrole : l’Arabie saoudite et la Russie à la recherche d’un compromis sur la production

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés, menés par l’Arabie saoudite et la Russie, se rapprochent d’une entente en vue de prolonger d’un mois ou deux la réduction historique de la production de pétrole décidée le mois dernier, rapportent plusieurs sources dont l’agence Reuters et CNBC.

Ralliés sous la bannière Opep+, l’Opep et ses partenaires ont conclu le mois dernier un accord visant à réduire leur production de 9,7 millions de barils par jour durant les mois de mai et juin afin de faire face à l’effondrement des cours de pétrole principalement causé par la pandémie du coronavirus Covid-19.

La réduction devait s’établir ensuite à 7,7 millions de barils par jour de juillet à décembre, puis à 5,8 millions de barils de janvier 2021 à avril 2022.

Récemment, l’Arabie saoudite a affiché la volonté que la réduction historique de la production de près de dix millions de barils journaliers devant s’arrêter en juillet soit prolongée jusqu’à la fin de l’année 2020. La proposition a cependant été accueillie avec réticence par la Russie, notamment par les principales compagnies pétrolières russes qui ont estimé que la Russie devrait attendre de voir les niveaux de la demande pétrolière une fois que les compagnies aériennes reprendront du service à la fin du Grand Confinement.

Les discussions entre l’Arabie saoudite et la Russie semblent ainsi désormais chercher un compromis en envisageant un maintien de la réduction historique de la production d’un ou deux mois supplémentaires.

« C’est la proposition actuelle, mais elle n’a pas encore été finalisée », a indiqué une source au sein de l’Opep+ citée par Reuters. « Ce sera pour un mois ou deux, pas pour six mois », a précisé quant à elle une source russe. Une autre source au sein de l’Opep+ a indiqué que la proposition russe de prolonger d’un mois a été accueillie favorablement, mais qu’il n’y a « pas encore de consensus ».

La nouvelle d’un éventuel prolongement de la réduction de dix millions de barils a pour sa part été accueillie tièdement par les marchés pétroliers. Le cours du baril de Brent, pétrole de référence pour le Sahara Blend algérien, a réagi ce lundi matin à l’annonce en prenant 0,3% pour s’établir aux alentours de 37,85 dollars.

« Le fait que les prix du pétrole n’aient pas beaucoup réagi à l’annonce d’une éventuelle prolongation de la baisse peut être considéré comme un signe que le marché a déjà intégré dans ses prix beaucoup d’optimisme », ont indiqué les analystes de JBC Energy dans une note citée par Reuters.

La prochaine réunion par visioconférence de l’Opep+ est prévue pour les 9 et 10 juin prochain, sauf si la proposition formulée par l’Algérie d’avancer la réunion au 4 juin est acceptée.

Source originale de l’article