Actualités

Pertamina lorgne les actifs d’OXY en Algérie

Par Al Iqtisadia | le Dimanche 09 Août 2020

Pertamina lorgne les actifs d’OXY en Algérie

Les actifs d’OXY en Algérie sont remis sur le tapis après l’échec, il y a quelques semaines, de la transaction portant sur leur rachat par le groupe français Total.

Le producteur indonésien de pétrole et de gaz Pertamina propose à la compagnie américaine Occidental Petroleum (OXY) le rachat de 4,5 milliards de dollars d’actifs énergétiques en Afrique et au Moyen-Orient. Parmi les actifs visés par Pertamina, on compte, entre autres, des champs de pétrole et de gaz au Ghana, à Oman, aux Émirats arabes unis et en Algérie, rapporte l’agence américaine Bloomberg. Ainsi, les actifs d’OXY en Algérie sont remis sur le tapis.

Croulant sous le poids des dettes (40 milliards de dollars) et mise en difficulté par la baisse de ses recettes d’exportations pétrolières, OXY n’hésiterait pas à s’en débarrasser, afin de générer du cash le plus vite possible. Les négociations autour de cette grosse opération de cession ont commencé, selon Bloomberg, mais le processus des pourparlers pourrait être long et comporter de nombreuses étapes, compte tenu de l’importance de la transaction. La cession de ces actifs était en fait dans l’air.

Du reste, Vicki Hollub, présidente-directrice générale d’Occidental Petroleum, déclarait, fin mai dernier, que “si une offre intéressante de rachat de nos actifs en Algérie se présente, nous ne la refuserons pas”, ajoutant, toutefois, que “les discussions relatives aux cessions d’actifs se feront en coordination étroite avec les autorités algériennes”. Cette déclaration avait été faite au lendemain de l’échec des négociations entre OXY et Total sur le rachat par le groupe français des actifs pétroliers d’Anadarko en Algérie.

Ces derniers représentent environ 260 000 barils par jour (bpj), soit plus de 25% de la production nationale de brut estimée à un million de bpj. L’accord, qui allait être conclu entre Occidental et Total, s’inscrivait dans le cadre d’une OPA géante du groupe américain sur Anadarko, visant des actifs parmi les plus attrayants. Vicki Hollub estimait d’ailleurs que “l’Algérie était un atout majeur” et qu’Occidental Petroleum continuera à opérer en Algérie, prévoyant d’y investir “environ 30 millions de dollars et de générer 100 millions de dollars de cash-flow libre, sur la base des prix actuels du Brent”.

Le ministère de l’Énergie appréciait les objectifs affichés par OXY, n’hésitant pas à donner son accord à la compagnie Occidental Petroleum pour le maintien de la société Anadarko Algeria Corporation (ACC) dans le contrat d’association avec Sonatrach sur l’exploitation du périmètre de Berkine. Le contrat d’association comprenait “la recherche” et “l’exploitation” des hydrocarbures sur le périmètre contractuel situé dans “les blocs 404” et “208 de Berkine”.

De son côté, l’entreprise américaine avait informé le ministre de l’Énergie de sa “nouvelle approche stratégique et de son engagement à poursuivre les activés d’AAC en Algérie”. Mais la réalité peut être tout autre dans une conjoncture pétrolière très difficile où OXY pourrait ne pas avoir les moyens de ses ambitions.

 

Liberte

Source originale de l’article