Actualités

L’or noir se transforme en plomb aux USA

Par Liberté | le Dimanche 31 Mai 2020

L’or noir se transforme en plomb aux USA

Depuis janvier, 461 puits de pétrole ont été fermés aux États-Unis, faute de rentabilité, soit environ deux tiers du parc américainde plateformes de forage.

Fragilisé par la crise et la baisse des cours du pétrole sur le marché mondial, le schiste américain connaît un de ses pires moments depuis la contre-offensive de l’Arabie saoudite au lendemain du choc pétrolier de la mi-2014.
Pour les régions pétrolifères des Etats-Unis, l’or noir vient de se transformer en plomb depuis que les cours du brut ont amorcé une tendance baissière, préjudiciables pour les plateformes de schiste. Nombre d’entre elles ont d’ailleurs baissé rideau depuis mars, devenues peu rentables avec les prix actuels du brut. Le groupe Baker Hughes a recensé 222 plateformes pétrolières américaines encore en activité au 29 mai dernier, contre 237 une semaine auparavant. Le nombre de platesformes pétrolières en activité est tombé à des niveaux jamais observés depuis la mi-2016 conséquemment à la rechute violente des cours du brut.
Sa rentabilité étant très dépendante du niveau des prix, l’industrie américaine du schiste a été frappée de plein fouet, alors que les prix continuent à se débattre autour de 35 dollars le baril pour le Brent et 33 dollars pour le WTI, dans une conjoncture de récession économique mondiale. Depuis mars, le nombre de puits de forage a été divisé par trois, passant de 664 le 20 mars dernier à 222 la semaine dernière. Le groupe Baker Hughes avait comptabilisé 438 plateformes de forage encore en activité aux États-Unis au 17 avril dernier. En un peu plus de deux mois, les États-Unis ont perdu 442 plateformes de forage, puisque le nombre de celles-ci était de 664 au 20 mars dernier, contre 222 au 29 mai. 442 plateformes de forage ont été ainsi mises en veilleuse en un laps de temps de deux mois, en attendant que les cours du brut puissent remonter la pente.
C’est que la rentabilité du pétrole de schiste est intimement liée à la rentabilité du baril du brut, dont les cours ont connu une chute vertigineuse depuis le mois de mars dernier sous l’effet d’une offre abondante et d’une demande mondiale en berne. A fin janvier dernier, le nombre de plateformes de forage en activité aux Etats-Unis était de 683. Depuis janvier, 461 puits de pétrole ont été fermés aux États-Unis, faute de rentabilité, soit environ deux tiers du parc américain de plateformes de forage. Du jamais vu depuis la mi-2016, lorsque l’Arabie saoudite et l’Opep qui, pour défendre leurs parts de marché sur l’échiquier pétrolier mondial, ont laissé chuter les prix du pétrole pour porter un coup à l’industrie américaine de schiste. Cette politique de défense des parts de marché s’était révélée contreproductive pour de nombreux membres de l’Opep qui, quelques mois plus tard, se sont mis à compter les pertes dues à la dégringolade des prix du pétrole.
L’Opep, sous l’influence de l’Arabie saoudite, s’était ensuite détournée de la défense des parts de marché au profit d’une politique de soutien aux prix au moyen de la réduction de la production. Ce changement de stratégie a remis nombre de plateformes de forage de pétrole de schiste en marche avant que la chute des prix de ce début d’année ne vienne rouvrir la parenthèse de la mi-2016. La baisse pour la 11e semaine de suite du nombre de puits forant du pétrole aux États-Unis suggère que la production, qui s'est déjà nettement contractée après avoir atteint un niveau record mi-mars, devrait encore baisser dans les semaines à venir.
En volume, la production a continué de baisser en s'établissant à 11,4 millions de barils par jour (mbj) la semaine dernière, soit son plus bas niveau depuis octobre 2018. Elle avait atteint son plus haut historique mi-mars avec 13,1 mbj. Mais la chute de la consommation liée à la pandémie de Covid-19 et aux mesures prises pour l'endiguer ont poussé les producteurs américains à ralentir leurs activités de forage.

Ali Titouche

Source originale de l’article