Actualités

Le groupe français Castel sur le point d’entrer dans le capital de NC Rouiba

Par TSA | le Dimanche 12 Janvier 2020

Le groupe français Castel sur le point d’entrer dans le capital de NC Rouiba

Le groupe français Castel est tout proche d’entrer dans le capital de NCA Rouiba, spécialisée dans la production de jus de fruits, et investir 40 millions d’euros pour relancer l’entreprise familiale, en proie à des difficultés financières.

« Castel va prendre 60% du capital et investir au tour de 40 millions d’euros pour remettre NCA Rouiba sur les rails, lui permettre de faire face aux échéances bancaires et reconquérir sa place de leader sur le marché des boissons », explique une source proche du dossier.

Les discussions entre le géant français des boissons, présent en Algérie dans la production de Coca-Cola, et l’entreprise familiale algérienne, entamées il y a plusieurs mois, sont « presque terminées », selon nos sources.

L’entrée de Castel dans le capital de NCA Rouiba pourrait être actée mercredi 15 janvier, lors de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires de la société algérienne. Deux points sont inscrits à l’ordre du jour : « La continuité de l’exploitation et les questions diverses ».

Sans Castel, l’avenir de NCA Rouiba est sérieusement menacé. « La continuité de l’exploitation étant menacée, l’urgence de renforcer les fonds propres de l’entreprise par l’injection d’argent frais doit être réalisée dès que possible. Nous avons (…) exploré la piste d’une augmentation de capital ainsi que celle de l’adossement de la Société à un groupe international. La réactivité du partenaire identifié, en l’occurrence BIH (Castel), a permis d’obtenir un accord de principe dont nous espérons pouvoir vous présenter les modalités définitives très prochainement », écrivait le président de NCA Rouiba dans un communiqué publié le 30 décembre dernier sur le site de la Bourse d’Alger.

Leader sur le marché des boissons durant des années, NCA Rouiba a commencé à décliner depuis 2015 en raison d’un recours de « manière récurrente » à l’endettement bancaire à court terme pour financer l’exploitation, d’un plan d’investissement très ambitieux de 22 millions d’euros qui « n’a pas permis d’atteindre les niveaux de chiffre escompté », et de pratiques concurrentielles plus que « douteuses » de la part de concurrents sur le marché des jus, résume Slim Otmani dans son communiqué.

Il pointe aussi « la mauvaise situation financière de la société, qui est « la conséquence de plusieurs facteurs endogènes et exogènes dont principalement une structure financière « déséquilibrée » sur au moins les trois derniers exercices, « la stratégie de distribution qui a fait que NCA-Rouiba a pris des risques stratégiques par rapport à l’assurance de la solvabilité de son principal client, la conjoncture économique qui a « mis à jour les difficultés de recourir aux financements bancaires » et « la saturation » du marché par la « multiplication » des acteurs dans le domaine des boissons et par une concurrence accrue « de plus en plus déloyale ».

NCA Rouiba s’est retrouvé en effet sur un marché des boissons y compris l’eau en bouteille en surcapacités de 130 milliards de m3 pour une demande n’excédant pas 4,5 milliards de m3, selon la même sources.

Source originale de l’article