Actualités

Le carburant coûtera plus cher à partir du mois de juillet

Par El Watan | le Mardi 02 Juin 2020

Le carburant coûtera plus cher à partir du mois de juillet

Cette augmentation impactera tous les secteurs

Sale temps pour les ménages ! A partir du mois de juillet prochain, les Algériens vont devoir mettre encore la main à la poche.

Ils vont, désormais, payer plus cher leur carburant. Les députés ont donné ce dimanche leur approbation à la décision du gouvernement contenue dans la loi de finances complémentaire (LFC) 2020 et qui prévoit une hausse des prix des produits pétroliers de l’ordre respectivement de 3 DA le litre pour les trois catégories d’essence (super, sans plomb et normal) et 5 DA pour le gasoil.

Ce texte de loi prévoit également des augmentations pour d’autres impôts actuellement en vigueur. Ce qui affectera, inévitablement, le pouvoir d’achat des populations.

Ainsi, le PLFC qui est, depuis hier, entre les mains des sénateurs pour débat, ne connaîtra aucun changement dès lors que les membres du Sénat n’ont pas le droit d’apporter des propositions d’amendement.

A l’unanimité, les députés et les citoyens ont critiqué cette augmentation qui impactera tous les secteurs de l’économie nationale et provoquera inéluctablement une augmentation des prix des autres services et produits.

Les transports publics et privés vont inévitablement revoir à la hausse les prix de leurs billets, et les chauffeurs de taxi, pour qui le tarif du carburant agit comme un facteur déterminant du prix de la course, vont leur emboîter le pas.

L’agriculture ne sera pas épargnée puisque les produits agricoles connaîtront aussi une flambée à cause du coût du transport qui va lui aussi être revu à la hausse. «Contrairement à ce que pensent certains responsables, la hausse du prix du carburant aura des répercussions négatives sur les Algériens qui ne possèdent pas de véhicule.

Ce ne sont pas les riches qui seront touchés par cette augmentation, mais plutôt la classe moyenne», s’insurge un député, dont la proposition d’amendement au sujet de cet article a été rejetée par le président de l’Assemblée.

D’autres députés ont qualifié cette LFC, qui est censée corriger la trajectoire financière du pays dans un contexte inédit, de «grande escroquerie».

Faut-il donc rappeler à propos du carburant que c’est la troisième augmentation du genre en cinq ans seulement, après les hausses de 2016 et 2018.

Au lendemain du choc pétrolier de la mi-2014, l’Etat avait décidé de lever le pied sur le soutien au prix des carburants, de l’électricité et du gaz, une première depuis 15 ans.

A partir de juillet prochain, le prix de l’essence normale sera ainsi officiellement fixé à 41,32 DA, contre 38,94 DA actuellement, soit une augmentation de plus de 6,1% (plus de 2,38 DA), alors que celui du super passera de 41,97 DA à 44,35 DA, marquant ainsi une hausse de plus de 5,7% (plus de 2,38 DA).

L’essence sans plomb coûtera en revanche 44 DA le litre, contre 41,62 DA actuellement, soit plus de 5,7% (plus 2,38 DA).

La hausse la plus importante touchera les prix du gasoil, dont le litre passera à 26,63 DA, contre 23,06 actuellement, marquant ainsi une flambée de 5,5% (plus 3,75 DA).

Le GPL continue, néanmoins, à être défiscalisé et le litre revient à 9 DA au consommateur final. Il n’est pas à écarter, dans ce cas de figure, une probable hausse du taux d’inflation.

Post Views: 0

Source originale de l’article