Actualités

L’Algérie veut relancer son accession à l’OMC

Par Liberté | le Lundi 21 Juin 2021

L’Algérie veut relancer son accession à l’OMC

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a affirmé, avant-hier, que l'Algérie allait de l'avant vers l'accession à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) selon des démarches “bien étudiées”.

Intervenant lors la réunion des ministres de l'Union africaine (UA) chargés du commerce avec l'OMC, tenue par visioconférence, le ministre du Commerce a souligné “la poursuite par l'Algérie de ses efforts visant à aller de l'avant vers l'accession à l'OMC suivant des démarches bien étudiées, au regard des opportunités offertes par cette instance en vue de la relance de l'économie nationale à travers l’adoption d'une série de réformes profondes à même de promouvoir le commerce extérieur et l'intégration dans les chaînes de valeurs régionales et mondiales”.

Kamel Rezig a cité, notamment, la révision de la rège 49/51 régissant l'investissement étranger en Algérie, maintenue seulement pour certains secteurs stratégiques. Le ministre a évoqué l’impact positif de cette révision sur l'attractivité des investissements directs étrangers et l'augmentation du volume des échanges commerciaux.

Avec l’accession de la Russie, du Samoa, du Monténégro et du Vanuatu à l’OMC, notre pays est devenu le plus vieux négociateur pour l’accession à cette organisation internationale. L’Algérie négocie depuis longtemps les conditions de son accession à l’OMC, plus exactement depuis juin 1987.

Cependant, ces négociations n'ont commencé concrètement qu'à partir de la présentation par l'Algérie de son aide-mémoire du commerce extérieur en juillet 1996. La première réunion du groupe de travail remonte au mois d’avril 1998.

Dans l’intervalle, de nombreux pays, petits et grands, sont passés par ce processus souvent difficile et sont devenus membres actifs de l’organisation. Près de 12 réunions de négociations pour l'accession de l'Algérie à l’OMC ont été organisées. L’Algérie a répondu à plus de 1 636 questions posées per les membres de l’OMC.

Le dernier round remonte au mois de mars 2014.Lors de cette réunion, les membres de l’OMC se sont félicités des progrès substantiels que l’Algérie a accomplis en modifiant son régime commercial et se sont dit très favorables à son accession rapide.

Les commentaires des membres ont essentiellement porté sur les restrictions quantitatives à l’importation, y compris les interdictions, les restrictions à l’investissement, l’application discriminatoire de taxes intérieures… Parmi les autres questions à traiter, figuraient les politiques industrielles et les subventions, les obstacles techniques au commerce, les mesures sanitaires et phytosanitaires, les droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce et les mesures concernant les investissements liés au commerce.

L’Algérie avait fait savoir qu’elle a signé et déposé auprès du secrétariat de l’OMC cinq accords bilatéraux concernant l’accès aux marchés conclus avec Cuba, le Venezuela, la Suisse, le Brésil et l’Uruguay. Mais le chemin est encore long.

Dans la pratique, il y a lieu de s’interroger sur ce retard, d’autant que notre pays a déjà signé un accord avec l’Union européenne qui concerne près de 50% de son commerce extérieur et qui prévoit l’établissement d’une zone de libre-échange.

Meziane RABHI

Source originale de l’article