Actualités

L’Algérie en mesure de fournir des quantités supplémentaires

Par Liberté | le Lundi 03 Janvier 2022

L’Algérie en mesure de fournir des quantités supplémentaires

Sonatrach compte mettre en service ce mois de janvier le 4e turbocompresseur du gazoduc Medgaz qui assure le transport du gaz algérien vers l'Espagne et le Portugal, a annoncé, avant-hier, le P-DG du groupe, Toufik Hakkar.

Dans un entretien accordé à la chaîne AL24 News, Toufik Hakkar a précisé que ce turbocompresseur permettra d'assurer les approvisionnements des marchés espagnol et portugais en gaz algérien, conformément aux quantités contractuelles, et de répondre aux éventuelles demandes de quantités supplémentaires.

L'Algérie a pu, à travers Sonatrach, honorer tous ses engagements contractuels avec la partie espagnole (10,5 milliards de mètres cubes) via le gazoduc Medgaz à lui seul “sans le moindre problème”, a affirmé le même responsable.

L'Algérie avait décidé de renoncer, à partir de novembre 2021, à l'exploitation du gazoduc Maghreb-Europe (GME) pour l'approvisionnement de l'Espagne et du Portugal.

Concernant les quantités de gaz supplémentaires, M. Hakkar a fait savoir que les clients espagnols n'ont demandé, à ce jour, aucune quantité au-delà de celles prévues dans les contrats, mais s'ils le font, “Sonatrach est prête à négocier la quantité, le prix et les modes de transport”.

“Les capacités algériennes de liquéfaction sont importantes et peuvent être utilisées pour répondre à toute demande de quantités supplémentaires par l'Espagne”, a-t-il soutenu, ajoutant que “vu sa proximité géographique, l'Espagne pourra recevoir sa commande en moins de 24 heures”.

À propos des informations faisant état du déplacement, ces derniers mois au Maroc, de navires de transport de gaz relevant de Sonatrach, le premier responsable du groupe a précisé qu'il s'agissait du “transport de petites quantités de gaz propane et butane dans le cadre d'anciens contrats avec des clients marocains”.

“Arrivés à expiration fin 2021, ces contrats n'ont pas été renouvelés conformément aux décisions souveraines de l'Algérie en la matière”, a-t-il poursuivi.

“Les quantités, qui étaient initialement destinées au marché marocain, ont été réorientées vers d'autres marchés méditerranéens”, a expliqué M. Hakkar, soulignant que “l'expérience de Sonatrach dans ce domaine lui a permis de trouver rapidement de nouveaux marchés”.

R. E.

Source originale de l’article