Actualités

La Banque d’Algérie affine ses outils

Par Liberté | le Mardi 30 Novembre 2021

La Banque d’Algérie affine ses outils

La nouvelle approche a pour avantage une meilleure allocation des ressources de la supervision bancaire, en axant l’action de surveillance et de suivi sur les activités à risques et les banques les moins viables du système.

La Banque d’Algérie, outre l’intensification des actions de formation continue aux métiers de la banque et de la supervision en direction de ses inspecteurs, a annoncé, récemment, avoir mis à jour ses outils et méthodes de supervision, qui consistent en un dispositif de contrôle basé sur les risques, “Risk Based Approach”. Compte tenu des évolutions des risques inhérents à la profession et des enseignements tirés, notamment, de la crise financière internationale, “ces outils et méthodes ont été révisés et actualisés au cours de l’année 2020, en affinant le système d’analyse des risques par composante avec l’optique d’évoluer à moyen terme vers une approche prospective prenant en compte les éventuelles vulnérabilités des établissements bancaires détectées lors des exercices de stress testing”, a fait remarquer la Banque centrale. Cette dernière indique que “l’approche de supervision basée sur les risques est une méthode consistant en la mise en place d’un système de notation bancaire, dont l’objectif ultime vise à identifier le type de suivi adapté au profil risque de chaque banque et établissement financier”. L’approche a pour avantage une meilleure allocation des ressources de la supervision bancaire, en axant l’action de surveillance et de suivi sur les activités à risques et les banques les moins viables du système. Selon un banquier que nous avons contacté, “la supervision basée sur les risques est une pratique recommandée dans le monde”.

Elle a été mise en place en Algérie depuis 2013. “Contrairement à l'approche traditionnelle, elle permet une meilleure efficience en termes de contrôle puisqu’elle cible directement les risques spécifiques de chaque banque et établissement financier, via un profilage de l’établissement et une matrice de risques”, explique-t-il. Généralement, ajoute le banquier, c'est la méthode Camel, Capital adequacy (adéquation des fonds propres), Assets quality (qualité des actifs), Management to be fit (qualité de la gouvernance), Earnings (rentabilité et rendement des actifs) et Liquidity (liquidité), qui est utilisée. Il s'agit, précise-t-il, d’une cotation de chaque banque suivant une grille de notation bien établie et suivant des critères classant chaque composant Camel. “Il en ressortira après, les zones de risques qu'il faudrait surveiller et inspecter (sur pièce et sur place)”, indique le banquier. Dans son rapport annuel 2018, la Banque d’Algérie, qui compte parmi ses missions la surveillance de la situation financière et prudentielle des banques et des établissements financiers, indiquait que dans “le cadre du renforcement de l’efficacité de la supervision bancaire et afin de se conformer progressivement aux principes de Bâle III pour une supervision bancaire efficace, notamment la mise en place du pilier 2, la Banque d’Algérie a développé une approche de contrôle basée sur les risques”. Cette approche, indiquait la Banque centrale, repose sur un système d’évaluation sur pièces et sur place de la situation financière et prudentielle des banques et établissements financiers suivant la méthodologie Camel, ainsi qu’un modèle de projection de leurs états financiers et prudentiels.

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) qui a conclu, le 19 novembre dernier, la consultation au titre de l'article IV avec l'Algérie, a encouragé “les autorités à continuer de renforcer la supervision bancaire, à mettre en œuvre un cadre de gestion de crise et à renforcer la gouvernance des banques publiques”. Dans l’évaluation de la stabilité du système financier algérien, l’institution de Bretton Woods a estimé, entre autres, que le cadre réglementaire devrait être renforcé, notamment en ce qui concerne les contrôles internes de la gouvernance bancaire et les personnes politiquement exposées. Une meilleure gestion du risque de crédit est nécessaire, et le provisionnement des créances non performantes devrait être mieux surveillé et appliqué.

 

Meziane RABHI

Source originale de l’article