Actualités

En Algérie, Nestlé souhaite un assouplissement des mesures d’importation pour pouvoir investir

Par TSA | le Mardi 16 Octobre 2018

En Algérie, Nestlé souhaite un assouplissement des mesures d’importation pour pouvoir investir

Ce dimanche 14 octobre en fin de journée, Philippe Monestes, directeur général de Nestlé Algérie, recevait Xavier Driencourt, ambassadeur de France, venu visiter l’usine Nestlé Waters de Sidi Kebir, à Blida. Une occasion pour lui de revenir sur les conditions du marché et de l’investissement en Algérie.

« Le marché algérien est le plus important au Maghreb. C’est le plus important en valeur et en termes de croissance. C’est celui qui va le plus vite historiquement », explique M. Monestes. « Quand on aura la possibilité de reprendre les importations, à côté d’investissements bien sûr, le marché va continuer à progresser. C’est un marché à fort potentiel », poursuit-il.

Philippe Monestes appelle à l’assouplissement des mesures relatives à l’importation. « On le souhaite et on le demande. Je pense que c’est nécessaire pour continuer le développement d’une entreprise comme Nestlé. Sinon, il n’y a pas d’investissements possibles si, en complément, on ne peut pas importer des produits d’usines extrêmement technologiques comme les produits de nutrition pour enfants. Ils sont fabriqués dans des usines à très haute hygiène avec des investissements considérables. Il n’y a que quelques usines dans le monde qui les fabriquent. On ne peut pas investir dans tous les pays où nous sommes présents. Il s’agit de produits économiquement rentables lorsqu’ils sont importés de pays où nous opérons », explique le manager algérien de la célèbre marque agroalimentaire suisse.

« Un exemple réussi d’investissement »

Le groupe Nestlé possède deux sites de productions en Algérie. Le premier, situé à Sidi Kebir, concerne la production d’eau minérale. Le deuxième, à Oued Smar, à Alger, pour la production de poudres (lait, chocolat et café). « Dans l’avenir, il n’est pas exclu de réinvestir en fonction des opportunités. Nous travaillons beaucoup sur le co-manufacturing,. Nous venons par exemple de lancer un nouveau produit Nesquik ready to drink pour le petit-déjeuner ou le goûter des enfants. Un produit liquide très nutritionnel qu’on peut mettre dans le cartable ou le sac à dos pour aller à l’école. Nesquik ready to drink est produit avec une entreprise 100% algérienne dans la wilaya de Blida », explique Philippe Monestes.

L’usine d’eau minérale de Sidi Kebir est, selon lui, un exemple réussi d’investissement en Algérie. « Nous avons réinvesti dans cette usine pour augmenter les capacités de production. C’est donc un investissement supplémentaire que nous avons fait pour augmenter le taux d’intégration de Nestlé en Algérie. C’est un des critères de réussite sur lequel on veut beaucoup travailler, continuer à se développer, créer de l’emploi et apporter des produits de bonne qualité nutritionnelle en Algérie », dit-il.

Ouverte en 2008, l’usine de Nestlé Waters de Sidi Kebir, qui exploite la source de Taberkechant, à la périphérie sud-est de Blida, produit de l’eau minérale de marque Pure Life (marque globale de Nestlé) sous trois formats : 1,5 litres, 5 litres et petite bouteille. La capacité de production de l’usine s’approche des 400 millions de litres par an. L’usine emploie 207 salariés en emplois directs.

« C’est de la solidarité européenne ! »

Jacques Nijskens, directeur général de Nestlé Waters Algérie, souligne que l’usine de Sidi Kebir emploie principalement des ouvriers et des cadres de la wilaya de Blida à 95%. « Blida a une bonne base industrielle. En matière de salaires, nous figurons parmi les meilleurs ici. Nos salaires sont 40% au-dessus de la moyenne », a-t-il précisé.

« Je viens visiter une usine suisse, c’est assez étonnant. Comme Nestlé est un actionnaire important de l’Oréal, donc c’est une entreprise qui a un lien avec la France. M. Philippe Monestes m’a gentiment invité à visiter cette usine, c’est pour cela que je suis venu. C’est une visite amicale. Je ne viens pas soutenir l’industrie suisse, mais je viens appuyer M. Monestes Et Nestlé », a expliqué Xavier Driencourt.

« Je crois qu’une usine comme Nestlé est soumise, elle aussi, aux mêmes difficultés que les entreprises concurrentes ou partenaires françaises, Danone ou autres. Des difficultés d’importer des produits intrants. Donc, c’est intéressant de voir comment une entreprise comme Nestlé réagit à ces problèmes quotidiens. C’est de la solidarité européenne ! » , a-t-il ajouté.

« Il y a des choses qui marchent »

L’usine Nestlé Waters de Sidi Kebir est, selon M. Driencourt, un exemple de réussite. « C’est une entreprise qui crée de l’emploi à Blida. Qu’elles soient suisses, françaises, les entreprises européennes viennent en Algérie pour produire et pour créer des postes. C’est quelque chose d’important qu’il faut avoir en tête », a-t-il noté.

L’ambassadeur de France a indiqué n’avoir pas critiqué la loi 49/51. « Mais j’ai dit que cela fait partie du paysage administratif algérien. C’est un fait. On a parlé de difficultés en matière d’importation. Mon collègue américain en a parlé ce week-end aussi. Des réalités concrètes. La semaine dernière, à Paris, les deux secrétaires généraux des ministères des Affaires étrangères ont évoqué aussi ces difficultés, par rapport aux règles de l’Union européenne (UE) », a-t-il souligné.

Source originale de l’article