Actualités

Dessalement : la station d’El Magtaa se sépare de Hyflux et fait appel aux Libanais

Par TSA | le Lundi 29 Novembre 2021

Dessalement : la station d’El Magtaa se sépare de Hyflux et fait appel aux Libanais

L’Algérie a lancé le processus de réhabilitation de la plus grande station de dessalement de l’eau de mer du pays, dans un contexte de stress hydrique qui a obligé le gouvernement a rationner drastiquement la distribution de l’eau potable aux citoyens.

Pour remettre en l’état la station d’El Magtaa près d’Oran dont la capacité est de 500.000 m3 par jour,

Un contrat de prestation d’études, de conseils et de suivi des ingénieries pour la réhabilitation de la station de dessalement d’eau de mer d’El-Magtaa a été signé, lundi à Oran, entre la société « Tahliyat Miyah Magtaa SPA » et le groupement international basé au Liban « Dar El-Handasa ».

Dans une déclaration à l’agence officielle APS, le directeur général de la station de dessalement d’eau de mer d’El-Mactaâ, Hamouda Ahmed Ibn Sina a indiqué en marge de la cérémonie de signature tenue au siège social de Sonatrach Aval d’Oran, qu’il s’agit d’un contrat d’étude devant permettre à la station d’atteindre une production journalière de 500.000 m3 d’eau potable à l’horizon 2024, tout en assurant la qualité de l’eau dessalée.

« Suite à un appel d’offres national et international, nous avons retenu le bureau d’étude Dar El Handasa, spécialisé dans ce domaine, qui prendra en charge la mission d’établir les études nécessaires pour arriver à notre objectif final à savoir 500.000 m3/J d’eau potable à Oran à partir du dessalement d’eau de mer », a expliqué le DG de la station.

« Nous focalisons sur la reprise de l’exploitation de l’usine d’El-Mactaâ avec nos propres moyens pour concrétiser l’objectif initialement tracé, sachant que le contrat avec l’ancien exploitant (Hyflux) a été résilié, car l’usine n’a pas fonctionné à plein rendement », a-t-il ajouté.

Le DG de cette station, la plus grande d’Algérie par sa capacité, a fait part de plusieurs difficultés liées notamment à l’exploitation de l’usine, au maintien d’un niveau de production stable et à la dégradation de la production durant les quatre premiers mois de l’année en cours. Ce qui explique, selon lui, la résiliation du contrat, le 20 avril dernier et la récupération du personnel de la station ».

Lors de la présentation du projet, le DG de l’usine de dessalement d’El-Mactaâ a indiqué que suite aux orientations visant la valorisation de cette usine et l’amélioration de la production d’eau potable, un plan de réhabilitation global de l’usine a été ainsi élaboré.

« Le montage de ce projet est le fruit des efforts déployés par différents acteurs, afin de déterminer le montage adéquat et éviter tout échec.

Dans ce cadre, « nous avons essayé de porter le projet à maturation avant le lancement de la phase de signature de ce contrat, phase préliminaire pour atteindre notre objectif et ces études s’inscrivent dans le cadre d’un plan global de réhabilitation de l’usine », a-t-il précisé.

En outre, M. Hamouda a indiqué que « le bureau d’étude réalisera cette étude pour établir le diagnostic de l’usine sous notre supervision et, par la suite, le scénario adéquat sera défini pour l’opération de réhabilitation de l’usine ».

Une période de sept mois est, selon lui, nécessaire pour la phase d’étude, de diagnostic et l’élaboration du cahier des charges, et ce, à partir d’aujourd’hui (lundi).

« C’est un temps record, car nous avons obligé les bureaux soumissionnaires à accélérer la cadence et mettre les moyens nécessaires pour atteindre notre objectif qui s’inscrit dans le court terme », a-t-il souligné.

Concernant le budget consacré à cette opération, M. Hamouda a indiqué qu' »il est évalué pour une durée de 30 mois, entre l’étude, le suivi et la réalisation de la réhabilitation de l’usine d’El-Mactaâ, soit 2,4 milliards d’euros ».

De son côté, le PDG de l’Algerian Energy Company (AEC), Abdennour Kimouche a indiqué, lors de la cérémonie de signature, que « l’objectif est de reprendre la capacité initiale de 500.000 m3 d’eau potable par jour, avec la collaboration du bureau d’étude retenu dans l’établissement du diagnostic, puis l’opération de réhabilitation de la station, dans les délais requis, afin d’assurer aux citoyens d’Oran une bonne alimentation en eau potable ».

S’exprimant à la même occasion, le directeur général de l’Algérienne des Eaux (ADE), Taha Derbal a rappelé que le recours aux ressources d’eau non conventionnelles devrait permettre de répondre à la demande croissante en eau potable, avec l’AEC comme locomotive, pour atteindre 500.000 m3 par jour ».

Source originale de l’article