Actualités

Création d’une société de capital investissement : Intensification du tissu PME

Par El Moudjahid | le Dimanche 31 Décembre 2017

Création d’une société de capital investissement : Intensification du tissu PME

La Banque nationale d'Algérie et la Banque extérieure d'Algérie, d'une part, et le groupe international Small Entreprise Assistance Funds (SEAF), d’autre part, ont signé, jeudi dernier à Alger, un protocole d'entente pour la mise en place d'une société de capital investissement.

Objectif : intensifier le tissu national des PME en tant que vecteur de création de richesse et d'emploi. Cet accord, explique un communiqué rendu public, affirme la volonté et la «détermination des deux entités publiques à mettre en place une société de capital investissement, dont le capital social s'élève à 11 milliards de DA. La mise en place de cet outil de financement va attirer les capitaux étrangers (IDE), «en drainant les ressources de fonds investissements étrangers». Les fonds alloués, ainsi que le portefeuille d'investissement de la nouvelle entité, seront gérés, en vertu d'un mandat de gestion, par une société de gestion que le groupe SEAF aura la charge de constituer conformément à la réglementation en vigueur, a-t-on expliqué. A ce sujet il y a lieu de préciser que plusieurs mesures pour le développement des PME seront introduites dans le projet de loi de finances 2018 (PLF 2018), et ce, en application de la nouvelle loi d'orientation sur le développement de la Petite et moyenne entreprise (PME) promulguée en début 2017. Ces mesures sont entre autres inhérentes au Fonds de soutien à la mise à niveau qui deviendra le Fonds de soutien à la modernisation des PME, ainsi que l'Agence de développement de la PME qui va changer de statut. Une réorganisation qui va assurer une cohérence entre l’ensemble des intervenants dans le domaine des PME. Quant au Conseil national de concertation pour le développement de la PME, considéré comme un espace de concertation, un décret y afférent sera prochainement publié. Par ailleurs, on rappelle que la loi d’orientation sur le développement de la PME, modifiant et complétant la loi de 2001, vise l’encouragement de l’émergence des PME, l’amélioration de leur compétitivité et leur capacité d’exportation ainsi que l’amélioration du taux d’intégration nationale et la promotion de la sous-traitance. En outre, la nouvelle loi met en place des fonds de garantie des crédits et d’un fonds d’amorçage pour encourager la création de start-up innovantes.
Sont exclus du champ d’application de cette loi, les banques et établissements financiers, les compagnies d’assurances, les agences immobilières et les sociétés d’import.
Fouad Irnatene

Source originale de l’article