Actualités

Commerce extérieur : Le déficit de la balance commerciale se creuse

Par El Watan | le Dimanche 20 Octobre 2019

Commerce extérieur : Le déficit de la balance commerciale se creuse

Durant les huit mois de 2019, les cinq premiers clients du pays ont représenté plus de 53% des exportations algériennes

La balance commerciale de l’Algérie a connu un déficit de 4,68 milliards de dollars durant les huit premiers mois de 2019, contre 3,05 milliards de dollars à la même période en 2018, a appris hier l’APS auprès de la Direction générale des douanes (DGD).

Les exportations algériennes ont atteint près de 24,30 milliards de dollars durant les huit premiers mois de 2019, contre 27,53 milliards de dollars à la même période de l’année dernière, soit une baisse de -11,76%, indiquent les statistiques provisoires de la Direction des études et de la prospective des douanes (DEPD). Pour les importations, elles ont atteint 28,97 milliards de dollars, contre 30,58 milliards de dollars, enregistrant également une baisse de -5,26%.

De janvier à août derniers, les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 83,85%, contre 90,03% à la même période de l’année précédente. Les hydrocarbures ont représenté l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger durant les huit premiers mois de l’année en cours, soit 92,82% du volume global des exportations, en s’établissant à 22,55 milliards de dollars, contre près de 25,60 milliards dollars à la même période 2018, en baisse de -11,91%. Pour les exportations hors hydrocarbures, elles restent toujours marginales, avec 1,74 milliard dollars, ce qui représente près de 7,2% du volume global des exportations, contre 1,93 milliard dollars à la même période en 2018, en baisse de -9,8%, précisent les données de la même source.

Les exportations hors hydrocarbures étaient composées des demi-produits avec près de 1,32 milliard de dollars (contre 1,53 milliard de dollars), en baisse de -13,92% des biens alimentaires avec 267,13 millions de dollars (contre 249,89 millions de dollars) en hausse de 6,90%, des biens d’équipements industriels avec 65,19 millions de dollars (contre 62,36 millions de dollars), en hausse de +4,53%. Elles étaient composées aussi des produits bruts avec 70,20 millions dollars, contre 66,81 millions de dollars, en hausse de 5,07%, les biens de consommation non alimentaires avec 24,08 millions de dollars, contre 24,13 millions de dollars, en baisse de 0,24% par rapport à la même période de comparaison, et enfin les biens d’équipements agricoles avec 0,20 million de dollars, contre 0,11 million, soit une hausse de plus de 82,80%.

Pour ce qui est des importations, cinq groupes de produits sur les sept que contient la structure des importations ont reculé durant les huit premiers mois de l’année en cours et par rapport à la même période de l’année écoulée. Une situation similaire à celle enregistrée durant les sept premiers mois de l’année en cours. En effet, la facture d’importation du groupe énergie et lubrifiants (carburants) a chuté de près de 42%, en s’établissant à 467,72 millions de dollars, contre 804,56 millions dollars. Les biens alimentaires, dont les importations se sont chiffrées à 5,434 milliards de dollars contre 5,893 milliards de dollars, enregistrant ainsi une baisse de -7,80%, selon les Douanes.

La même tendance a été enregistrée pour les biens d’équipements agricoles qui ont totalisé 335,42 millions de dollars, contre 381,79 millions de dollars (-12,15%), les biens d’équipements industriels avec près de 9,6 milliard de dollars contre 10,52 milliard de dollars (-8,75%), et enfin les biens de consommation (non alimentaires) avec 4,38 milliards de dollars contre 4,48 milliards de dollars (-2,12%). En revanche, deux groupes de produits de la structure des importations ont connu des hausses durant la période de comparaison déjà citée.

En effet, les importations des demi-produits ont totalisé 7,39 milliards de dollars, contre près de 7,23 milliards de dollars (+2,33%) et les produits bruts qui ont atteint 1,36 milliard de dollars contre 1,28 milliard de dollars (+6,4%). Concernant les partenaires commerciaux de l’Algérie, durant les huit premiers mois de l’année en cours, la France reste le 1er client de l’Algérie et la Chine maintient sa place de 1er fournisseur. Durant les huit mois de 2019, les cinq premiers clients du pays ont représenté plus de 53% des exportations algériennes. A ce titre, la France maintient sa place de principal client du pays, avec près de 3,41 milliards de dollars, (14,02% des exportations algériennes globales), en hausse de 11,93%, suivie de l’Italie avec 3,25 milliards de dollars (13,39%), l’Espagne avec 2,76 milliards de dollars (11,37%), les Etats-Unis avec 1,89 milliard de dollars (7,81%) et la Turquie avec 1,56 milliard de dollars (6,42%). En ce qui concerne les principaux fournisseurs de l’Algérie, les cinq premiers ont représenté plus de 50% de janvier à août derniers.

Les cinq principaux fournisseurs de l’Algérie sont : la Chine qui maintient toujours sa première place avec 5,45 milliards de dollars (18,80% des importations globales algériennes), en hausse de 11,11%, suivie de la France avec 2,86 milliards de dollars (9,86%), de l’Italie avec 2,12 milliards de dollars (7,33%), de l’Espagne avec 2,11 milliards de dollars (7,27%) et de l’Allemagne avec 2,08 milliards de dollars (7,17%).

Source originale de l’article