Actualités

Changes : L'euro se stabilise face au dollar

Par El Moudjahid | le Mercredi 15 Août 2018

Changes : L'euro se stabilise face au dollar

L'euro se stabilisait face au dollar hier en dépit de l'effondrement de la livre turque sur fond de tensions entre Ankara et Washington, et des craintes des investisseurs d'éventuelles répercussions sur les banques européennes. La monnaie unique européenne s'échangeait à 1,1409 dollar contre 1,1410 dollar lundi soir.

La devise européenne montait face au yen à 126,49 yens contre 126,32 yens lundi soir. Le dollar montait face au yen à 110,87 yens, contre 110,70 yens la veille. Les investisseurs concentrent toujours leur attention sur la Turquie, la devise du pays étant tombée à son plus bas niveau historique lundi matin avant de se reprendre un peu après l'annonce d'un plan de riposte. En l'espace de trois mois, la monnaie turque a perdu plus de 40% de sa valeur face au billet vert.

La banque centrale de Turquie a bien annoncé lundi qu'elle prendrait «toutes les mesures nécessaires» pour assurer la stabilité financière. Mais l'impact de cette annonce s'est estompé quelques heures plus tard lorsque le président Erdogan a accusé les Etats-Unis de vouloir «frapper dans le dos» la Turquie, provoquant un plongeon de la livre qui illustre l'inquiétude des marchés face à ces tensions diplomatiques. De plus, dans ses annonces lundi, la banque centrale n'a pas fait mention des taux, au grand dam des milieux économiques.

Les marchés exhortent la banque centrale à relever davantage ses taux pour soutenir la livre et maîtriser une inflation galopante qui a atteint près de 16% en juillet en glissement annuel, mais le président turc s'y oppose farouchement. «L'aversion aux risques est susceptible de reculer (mardi) avec une accalmie dans la chute de la livre turque, mais l'attentisme reste fort», ont déclaré Kengo Suzuki et d'autres stratégistes de Mizuho Securities dans un commentaire. La crise turque a été «relativement contenue pour les marchés mondiaux» lundi en termes de contagion, a estimé de son côté David de Garis, chef économiste de la National Australia Bank dans une note de client.

Source originale de l’article