Actualités

Caisse de garantie des marchés publics : Améliorer l’accompagnement des entreprises

Par El Moudjahid | le Dimanche 25 Février 2018

Caisse de garantie des marchés publics : Améliorer l’accompagnement des entreprises

Quelque 6.245 entreprises ont fait appel à la Caisse de garantie des marchés publics (CGMP) depuis 1998, a déclaré à Alger, son DG, M. Aomar Aït Larbi, en marge de la célébration du 20e anniversaire de la compagnie.

Il a fait savoir que le nombre d’entreprises qui ont des engagements envers le Fonds et des projets en cours de réalisation s’élève à 1.300 organisations, dont 300 grandes entreprisses et près de 1.000 PME.
La Caisse a pu consolider sa place dans le financement de la commande d’investissement public, en faisant passer sa part de marché de 3% à 12%, et le nombre des partenaires est passé de 91 clients en 1999 à 6.245 clients en 2017.

Évoquant les différentes étapes du développement de la Caisse, M. Aït Larbi a indiqué que la Caisse de garantie des marchés publics a été créée le 21 février 1998, dans une conjoncture économique difficile caractérisée, notamment, par une restriction des ressources budgétaires et une volonté de l’État de procéder à des reformes structurelles, avec l’objectif de passer progressivement d’une économie administrée à une économie de marché, dans laquelle le rôle de l’État serait essentiellement régulateur, tout en mettant l’accent sur la nécessité de maintenir un niveau d’investissements publics susceptible de répondre aux besoins incompressibles de la population.

Le DG de la CGMP a évoqué l’importance de faire une rétrospective, afin de mesurer le chemin parcouru, d’évaluer les résultats obtenus et les difficultés rencontrées par la caisse après une vingtaine d’années d’existence. Pour lui, la mise en œuvre des dispositions du décret portant «statuts» de la Caisse n’a pas été sans difficultés, liées, notamment, à l’incompréhension des missions, à la définition des outils et des procédures à mettre en place, car la Caisse intervenait dans un domaine nouveau, avec une logique nouvelle. «La Caisse a donc été chargée de mettre en place et de développer les moyens d’intervention de l’État compatibles avec une économie de marché», a-t-il expliqué. M. Aït Larbi a, dans ce sillage, rappelé la mission principale de la Caisse, qui est d’«assurer l’équilibre entre la réalisation physique et financière des marchés publics».

«Le rôle principal de la caisse est d’assurer l’accompagnement des entreprises chargées d’exécuter les marchés publics», explique M. Aït Larbi, qui fait part de l’évolution, au fil des années, de l’activité et des missions de la caisse, pour mieux répondre aux préoccupations des entreprises algériennes et contribuer au développement de l’économie nationale. Le responsable a estimé le montant des garanties mis à la disposition des entrepreneurs entre 2013 et 2015, dans le cadre de l’exécution des marchés publics, à 92 milliards de DA/an. Saisissant l’occasion, M. Aït Larbi a donné d’amples explication sur le mode de fonctionnement de la caisse, précisant que la CGMP s’attelle à apporter toutes les garanties exigées par le service contractant. La rencontre a été une occasion pour mieux faire connaître la CGMP, son rôle et ses missions.

Pour lui, les résultats obtenus sont le fruit des efforts de tous les intervenants (autorités, administrateurs, travailleurs de toutes catégories, partenaires), tout en rappelant que la qualité des prestations fournies par la caisses a évolué de manière significative, avec la mise en place d’un Système d’Information intégré, incluant un portail clientèle qui lui donne un accès direct à ses services.
Il dit, à ce sujet, que le système d’information de la CGMP a été consolidé par une solution Portail, pour se rapprocher de sa clientèle. «Cette solution facilite l’accès à ses prestations et permet une meilleure couverture du territoire national. Ainsi, les clients de la CGMP peuvent consulter leurs comptes et introduire leurs demandes de financement à distance, sans avoir à se déplacer », a tenu à préciser le DG de la caisse.

Kamelia Hadjib

Source originale de l’article